Rentrer les bras vides

Le moment tant redouté. Rentrer. Seuls. Les bras vides.

Laisser sa petite chambre vide. Déjà remplies de souvenirs projetés. D’amour, d’attente, de souhaits et d’envies.

Parce que dans cette petite chambre nous y avions mis tout notre amour, pour qu’elle y soit bien.

Parce qu’on l’imagineait déjà dans son petit lit. Ses premières nuits chez nous. Ses premières berceuses. Ses premiers doudous. Ses premiers joujoux. Et puis rien…

Devoir enterré toutes nos projections, nos projets, nos rêves.

Mon retour à la maison fut pour moi un soulagement. Je n’en pouvais plus d’être à l’hôpital loins de mon fils et mon mari. J’avais besoin de reprendre mes marques chez moi.

Mais en même temps rentrer chez soi s’est aussi revenir à la dur réalité. Devoir se faire à l’idée qu’il n’y aura pas de première fois. Que l’on va devoir continuer notre vie sans elle.

Dès mon retour à la maison je me suis très vite sentie seule et abandonnée. Tout le monde a reprit sa vie chacun de son côté comme si de rien était. L’impression que personnes n’avaient envie de regarder derrière mon masque. Que ce que je voulais montrer à tout le monde leur suffisait. Que pour eux le plus dur était passé et que la vie continuait.

Nous laissons passer quelques semaines avant d’entrer dans cette chambre. Puis vient le temps de tout démonté, rangés les petits vêtements, les peluches et autres objets.

C’est difficile. Très difficile. Mes larmes coulent mais je me cache. Je ne veux pas que mon mari me voit. Je ne veux pas que ce soit encore plus difficile pour lui.
Mon cœur de maman’ge souffre. Je me remémore le moment où nous avions tout préparé avec mon mari. Le plaisir que nous avions pris et l’impatience de sa venue.

Mais son berceau resté vide…sans elle. Une absence qui me pèse encore et encore.

Le sentiment d’une injustice grandit chaque jour un peu plus.

Parce que personne ne devrait rentrer les bras vides. Personne ne devrait avoir a démonté une chambre d’enfant sans l’avoir utilisé.

Parce qu’à tout jamais cette pièce restera la chambre de Maïlyss.

Claire L.

Publicités

Une réflexion sur “ Rentrer les bras vides

  1. C’est inimaginable cet enfer. Perdre son enfant est la pire épreuve qu’il soit donné de vivre. Perdre son nouveau né c’est avec lui perdre l’espoir d’une vie imaginée. La vie réservé tant de drames. Courage à vous Claire. Pensées pour vous et votre ange qui veille.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s